29 août 2009

Qui diffame qui?

Silvio Berlusconi, en quête d'indulgence divine, contre-attaque.
Il va poursuivre en diffamation plusieurs journaux italiens et étrangers.
Diffamation? Qui diffame qui? Les rôles s'inversent.
Berlusconi est inculpé pour avoir diffamé les italiens.
Il a fait le nécessaire pour flétrir la réputation d'un pays entier.
Diffamation? Qui diffame qui?
Après tout si les italiens sont suffisamment stupides pour élire un homme aussi peu fréquentable, quel est le problème?
Il ne faut pas confondre l'acte illicite de la contrefaçon des droits qui englobent la réalité: la concentration des moyens d'information du chevalier.
En Italie il n'y a pas la concurrence sur le marché des media mais le monopole.
Le citoyen approche une même mono-réalité; un approche socio-criminologique des violations au droit du citoyen à comprendre la réalité.
Platon considèrait que la réalité se trouvait dans le monde des idées,
Berlusconi considère que la réalité se trouve dans la médiocrité de ses media.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire